Une page, des journaux, des livres, Médiathèque de Treignac

Médiathèque de Treignac

15 Avenue du Général - 19260 Treignac

Vendredi 26 avril 2019 à 18h : présentation de l’exposition.

Exposition du 5 avril au 12 juin 2019

Cette exposition s’inscrit dans le programme « Art & Bibliothèque » à l’initiative de la DRAC Nouvelle-Aquitaine.
Opération réalisée par le FRAC-Artothèque Nouvelle-Aquitaine - Limousin, la Communauté de communes Vézère Monédières Millesources, la Médiathèque de Treignac.

Avec les œuvres de : Denise A. AUBERTIN, Gabriele DI MATTEO, Hans-Peter FELDMANN.
Œuvres des collections du FRAC-Artothèque Nouvelle-Aquitaine – Limousin.

Di MatteoGabriele Di Matteo
Magritte, 1989
de la série : Pagina 
Photographie sur toile 
200 x 120 cm 
Collection FRAC Limousin, Limoges. 
© droits réservés / Crédit photographique : Frac Limousin

 

ART & BIBLIOTHÈQUE

Initié par la DRAC Nouvelle-Aquitaine, le programme « Art & Bibliothèque » vise à explorer les relations entre Arts visuels et Livre sous différents aspects. Une série d’expositions d’œuvres choisies dans les collections du FRAC-Artothèque est présentée dans différentes médiathèques (Guéret, Treignac, Meuzac, Royère de Vassivière, Limoges) durant l’année 2019. Les artistes participant ont été sollicités pour dévoiler leur « bibliothèque idéale », à savoir une dizaine de livres qui les ont particulièrement marqués et qui ont pu influencer leur démarche. Ces livres choisis seront mis à disposition des lecteurs. Le point d’orgue de cette suite expositions se déroulera à l’automne et prendra la forme d’une journée d’étude réunissant artistes, théoriciens, bibliothécaires et historiens.

Une page, des journaux, des livres
Ce deuxième épisode du projet réunit un ensemble d’œuvres de trois artistes : un tableau photographique de Gabriele di Matteo, des journaux impubliables de Denise A. Aubertin, et une sculpture de faux-livres d’Hans-Peter Feldmann.

« Magritte » de l’italien Gabriele di Matteo (né en 1957, vit à Milan) est une œuvre de la série nommée « Pagina » où l’artiste photographie en noir et blanc une page de livre extraite d’une biographie japonaise consacrée à Magritte. Il effectue un tirage en grand format sur papier de cette image, 200 x 120cm, puis confie l’épreuve à un artisan spécialisé qui ote le papier et maroufle le tirage sur une toile tendue sur chassis. L’épreuve photographique devient un véritable tableau, dans le sens le plus matériel du terme. Cette œuvre s’inscrit dans une réflexion sur les points de contact entre peinture et photographie, à une période où Di Matteo s’intéressait aux biographies « romancées » des célébrités. Ici, on notera que la personnalité de René Magritte, le peintre surréaliste de la trahison des images, conserve tout son mystère.

Des « Journaux impubliables » de Denise Aubertin (1933-2019) sont présentés dans des vitrines. Ces albums montrent une part de la réalité de la vie quotidienne de l’artiste. Denise A. Aubertin les décrit ainsi: « Les livres impubliables » proposent une autre manière d’écrire un livre : par collages, sur fonds déjà imprimés, d’images et bulles de B.D., de photos, de lambeaux de textes que je m’approprie. L’ensemble racontant simultanément avec mes propres écrits, eux-même entremêlés, éclatés. Taches (vin, café, etc.). Effet plastique et tactile dû à à la fixation des matières – reliques – sorte de « parcours ». « Les livres impubliables » résultent d’un travail sérieusement élaboré, s’apparentant au rébus ».(1)
Pendant cinquante ans, Denise A. Aubertin a travaillé les livres. Elle les a sculptés, détournés, rendus impubliables, et même, en les cuisinant et en les passant au four – ses fameux « livres cuits » - les a rendus tout à fait impossibles à lire, leur contenu « support absolu des pensées et des connaissances » rayonnant alors d’une force magique, alliance de mystère et de rêve (2).
Certains observateurs attentifs ont vu dans son œuvre l’héritage du dadaïste Kurt Schwitters.

Le célèbre artiste allemand Hans-Peter Feldmann (né en 1941, vit et travaille à Düsseldorf) est surtout connu pour son travail d’édition de brochures, posters et autres carnets réalisés à partir d’images trouvées, telles que coupures de journaux, affiches ou cartes postales. Ces immenses « archives d’images » sont classées par l’artiste selon un système de série très personnel, éventuellement complétées en cas de besoin par des photographies dont il est l’auteur.
En 1980, il se retire du monde artistique et se consacre à son magasin de jouets et d’antiquités. Il ne cesse pour autant de collectionner images, livres, chapeaux et toutes sortes d’objets de la vie quotidienne. A partir de 1989, il reprend ses activités d’artiste et produit les « Aesthetic Studies », des objets usuels et semblables qu’il assemble. L’œuvre sans titre datée de 1992-94 est apparentée à cette série des « études esthétiques ». Sur un socle blanc, l’artiste a simplement empilé quatre niveaux de livres factices, de façon pyramidale. Ces séries de faux-livres qui garnissaient les étagères des bibliothèques dans les magasins de meubles, ou dans des décors pour des photos, des films, voire dans des intérieurs, peuvent être ici examinés de près. En plus d’exprimer une certaine vacuité, on distingue, sur les tranches dorées, des titres fantaisistes, répétitifs qui donnent à ces objets délaissés des qualités poétiques insoupçonnées.

(1) et (2) In Denise A. Aubertin, galerie J. Mercuri, 1994.

 

 

 

 

 

 

 

 

United Kingdom Free Bets Bookmakers
Revew WillHill Here 100% bonus

Ladbrokes check here

Review Betfairclick here bonus